Get Adobe Flash player

Photo : VÉRONIQUE ORMEZZANO.

INTERVIEW : VÉRONIQUE ORMEZZANO, GLOBAL HEAD OF OFFICIAL INSTITUTIONS COVERAGE, CORPORATE & INSTITUTIONAL BANKING, BNP PARIBAS

En quoi les émissions d’obligations vertes pour la Banque Mondiale sont-elles innovantes?

La Banque Mondiale a lancé en partenariat avec BNP Paribas plusieurs émissions d’obligations vertes dont la performance est liée à un indice actions composé de sociétés sélectionnées selon des critères ISR (Ethical Europe Equity). Ces émissions sont totalement novatrices parce qu’elles permettent aux clients investisseurs institutionnels et particuliers de bénéficier à la fois du potentiel de croissance d’un indice actions et d’un capital garanti tout en soutenant les projets financés par la Banque Mondiale destinés à réduire les effets du changement climatique.

Quelles perspectives ouvrent-elles ?

Les perspectives se situent à la fois du côté des investisseurs et des émetteurs. Côté clients, le succès de la distribution de ce produit dans notre réseau belge laisse penser que nous avons là un excellent produit d’impact investing susceptible de séduire un large public et donc de promouvoir l’ISR. Côté investisseurs, ce produit peut permettre à de nombreux émetteurs supranationaux, comme les banques de développement, d’élargir leur base d’investisseurs au-delà des acheteurs traditionnels d’obligations vertes classiques, moins bien rémunérées.

EN SAVOIR PLUS SUR… LES OBLIGATIONS VERTES

Depuis août 2014, 5 obligations vertes de nouvelle génération ont été structurées par BNP Paribas pour la Banque Mondiale (pour un montant de 265 millions de dollars). Elles ont été vendues sur les marchés français, belge, suisse et allemand.

MIX ÉLECTRIQUE FINANCÉ PAR BNP PARIBAS

MOINS D’ÉNERGIES FOSSILES, PLUS DE RENOUVELABLES

Dans le cadre de la mesure de ses émissions indirectes (« scope 3 » du GHG Protocol), le Groupe a calculé en 2014 le mix électrique des producteurs d’électricité qu’il finance en distinguant les différentes sources : fossiles (gaz, charbon, pétrole), nucléaire, renouvelables (hydraulique, solaire, éolien). Résultat : selon les données de référence de l’Agence Internationale de l’Énergie (IEA), BNP Paribas est « en avance » sur le mix mondial. Avec 59,5 % de sources fossiles contre une moyenne mondiale de 68 % et avec 23,3 % de sources renouvelables contre 21,2 %, le mix électrique financé par le Groupe est moins exposé aux ressources fossiles et moins émetteur de CO2. Ces pourcentages ont été calculés sur un échantillon correspondant fin 2014 aux 2/3 de l’exposition du Groupe dans le secteur de l’électricité.

MIX ÉLECTRIQUE MONDIAL MIX ÉLECTRIQUE FINANCÉ PAR BNP PARIBAS
CHARBON 40,4 % 23,5 %
GAZ 22,5 % 28,2 %
HYDRAULIQUE 16,2 % 15,8 %
ÉOLIEN, SOLAIRE ET AUTRES RENOUVELABLES 5 % 7,5 %
NUCLÉAIRE 10,9 % 17,2 %
PÉTROLE 5 % 7,8 %

RISQUES ENVIRONNEMENTAUX

UN DISPOSITIF DE GESTION ROBUSTE

BNP Paribas est signataire des Principes de l’Équateur, une série de principes conçus pour s’assurer que les grands projets financés ou conseillés soient développés de manière responsable. À ce titre, 26 projets ont été analysés en 2014. De plus, le Groupe dispose de politiques de financement et d’investissement dans les secteurs les plus sensibles : production d’électricité à partir du charbon, nucléaire, huile de palme, pâte à papier, industrie minière et sables bitumineux. Chaque projet ou entreprise de ces secteurs est soumis à une analyse rigoureuse de sa performance environnementale, ceux qui présentent des risques trop importants sont refusés.

Logo : Equator Principles.

481 TRANSACTIONS REVUES AU TITRE DES POLITIQUES SECTORIELLES PAR LA FILIÈRE RSE en 2014 dont 240 sur des secteurs particulièrement sensibles d’un point de vue environnemental.